AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Requiem for our homecoming [Fei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité
MessageSujet: Requiem for our homecoming [Fei] Mar 19 Nov - 14:09

Fei & Xiu Min
❥'' Je pensais que tu étais une rencontre banale, mais tu m'es vite devenu vital''


Il allait pleuvoir, Xiu Min ne pouvait pas voir mais, il était capable de sentir l’odeur du temps, ou plutôt l’humidité dans l’air. Il ne voyait pas mais, il était apte à utiliser ses sens afin de pouvoir se prévenir des changements d’intempéries et surtout, se « débrouiller » plus ou moins seul comme s’il n’était pas différent. Il gardait toujours le sourire aux lèvres, cette école lui a permis récemment de pouvoir se faire une place, d’avoir l’impression d’être normal, un homme normal. Il a toujours sentit de la pitié, de la haine… Et ce, depuis sa naissance, sa mère a toujours été là pour le protéger, à faire les sales boulots pour qu’il hérite du minimum. Sa santé est devenu fragile mais, quand il a vécu en Chine avec son « père adoptif » qu’il surnomme « maître », ce dernier lui a appris les arts martiaux. Que sa différence pouvait lui permettre d’apprendre à compter sur ses autres sens. Il a l’oreille musique quasi parfaite. Son ouïe est très sensible comme son odorat moins que son chien Inuki mais, bien plus développé que celles des humains. Il possédait un bon palais qu’il pourrait facilement travailler dans les cuisines ou restaurants en tant que gourmets. Des personnes qui notent les restaurants, la cuisine des autres. Depuis, tout jeune sa mère a toujours essayé de lui inculquer d’user parfaitement de ces 3 sens. Le toucher aussi, pour avoir vécu dans la rue, il touchait, pour se déplacer c’est pareil ainsi que lire le braille il est dans l’obligation de toucher pleinement chaque murs, objets, écriture pour pouvoir comprendre et se déplacer. Aujourd’hui, il était venu avec son violon afin d’y jouer un air…. C’était bientôt noël et cela faisait près de 4 années qu’il le fêter tout seul. Avant, c’était avec sa mère et Fei. Une fois ils avaient passé noël rien que tous les deux dans un chalet familial de son premier ami et jeune maître mais, il n’a jamais considérer ce dernier comme un jeune maitre. Il ne s’est pas non plus courber comme les autres. Au début, il ne disait rien mais, petit à petit, il avait du répondant… Combien de fois lui a-t-il répondu pour se défendre, pour lui faire savoir qu’il avait le droit lui aussi de recevoir un minimum de reconnaissance, de respect. Qu’il n’était pas un chien… D’ailleurs… Il lui avait pardonné le fait d’avoir faillir mourir… Quand ce dernier avait jeté au loin son médaillon. Celui que sa mère lui avait offert. Le seul objet qu’il lui restait encore… Fei avec ses « amis » lui avait arraché son médaillon pour avoir osé appuyer des paroles « blessantes ». En effet, Xiu Min pour se défendre ne lui avait rien dit de mal juste… Qu’il se cachait… Qu’il pouvait ressentir chez lui tant de solitude… Et que peut-être que lui n’avait plus rien si ce n’est son père adoptif, qu’il n’avait pas la vue mais, que lui avait au moins un « cœur ». Qu’il ne se cachait pas derrière son rang pour que les autres le respectent… Que c’était que les lâches qui se réjouissaient du malheur des autres…

C’était même la première fois qu’il s’était emporté autant… La fois, ou Fei avait osé mentionné sa mère en la traitant de « trainée ». Sa mère, elle, elle l’aimait, elle était restée digne jusqu’à la fin malgré qu’elle soit tombée au plus bas pour lui… Mais, lui… S’il n’y avait plus son père… Malgré son rang qui l’appréciaient ? Est-ce qu’il y aurait une personne qui était capable de se sacrifier autant pour lui que sa mère l’avait fait. Il lui avait balancé cela en larmes… La première fois qu’il avait pleuré d’ailleurs devant le garçon en le traitant de « monstre » comme son père. Ce n’est pas un souvenir qui le réjouit… Il avait cherché son médaillon dans la neige en pleine nuit avec le vent, il s’était même aventuré en dehors du jardin de la résidence presque vers la forêt… Mais, Fei est allé le chercher et a retrouvé son médaillon pour lui. Ce n’est qu’après, quand ils sont devenus proches.. Que le jeune aveugle comprit combien Fei souffrait au fond… Qu’il l’enviait et qu’il aurait aimé connaitre l’amour mais, son père ne semble pas vouloir lui donner.

Xiu Min a parlé plusieurs fois au père, cet homme que Xiu Min n’apprécie guère. Il se rappelle encore comment son départ a été organisé par lui et par cette « femme » qui l’a toujours descendu plus bas que terre. Qu’ils lui payaient tout pour qu’il puisse devenir un grand musicien mondialement reconnu. En échange, c’était de ne pas rester chez eux. Pour que Fei puisse reprendre le clan. Qu’il ne soit pas distrait. Le jeune coréen voulait rester près de son aîné… Celui avec qui il passait le plus clair de son temps, celui qui était devenu la personne la plus importante pour lui mais, il n’avait pas le choix… Il devait tirer un trait… C’était mieux ainsi… Qu’est-ce qu’il pourrait lui apporter au fond ? Au final, lui-même pensait que Meng Jia Li serait plus apte à prendre soin de lui. Connaissant les sentiments de la jeune femme. Avant son départ, il lui a dit qu’elle n’avait plus à s’inquiéter. Qu’elle avait le champs libre désormais et lui faire promettre de prendre soin de « Fei ». C’est ainsi qu’il est partit pour l’Italie où il s’est fait un nom mais, n’a pas oublier de laisser son médaillon au jeune Wang. Un dernier cadeau de sa part. Un adieu…

Waf

Il sursauta quand Inuki se mit à aboyer le sortant ainsi de ses pensées. Il ne doit plus pensé à lui. Il se l’était promis, pourtant, tout lui rappelait lui. Particulièrement ces derniers temps. Depuis qu’avait appris pour « leurs » fiançailles. Il devrait être heureux vraiment… Mais, il ne l’est pas et pire que ça… Il a envie de le voir mais, on le lui a interdit. Il a essayé de téléphoner au début mais, il tombait sur cette sorcière ou ce garde du corps qui n’était intéressé que par Jia Li que par son propre chef. Au fond, il l’a peut-être oublié et c’est mieux ainsi non ? Enfin, ce n’est pas le moment de penser à cela… Sortant doucement son instrument, le jeune homme laissa Inuki libre après lui avoir offert pleins de caresses… Il avait perdu énormément de poids depuis qu’ils s’étaient vus… Alors oui, il avait changé mais, il était certain que Fei avait dû changer tout autant…

C’est sur cette dernière pensée qu’il se mit à jouer Requiem ignorant tous êtres vivants autour de lui et le fait qu’il puisse attirer certaines personnes de par son jeu tant il se laissa aller..

©flawless

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Requiem for our homecoming [Fei] Mar 19 Nov - 20:09




Requiem for our homecoming



Assis dans le bus, Fei regardait chaque personne qui se trouvait autour de lui. Pourquoi tout ces gens se ressemblaient ? Certains couraient pour aller travailler, d'autres pour aller en cours. Certains étaient jeune, d'autres ne l'étaient plus depuis un bon nombre d'années.
Soupirant d'ennuis, Fei se perdait dans ses pensées. Depuis quand n'avait-il pas passé un moment seul, juste avec lui-même. Il ne l'était plus à présent. Du moins, physiquement parlant, il était toujours accompagné, mais moralement parlant, il était toujours aussi seul, si ce n'est pire qu'avant.
Depuis son arrivée dans cette école, sa "fiancée" ne cessait de le coller. Chaque personne qui passait près de lui où qui voulait même lui parler un peu, histoire de devenir ami avec lui était repoussé par Jia Li. Elle était d'une jalousie maladive... La situation le rendait plus que fou. Il aurait voulu ne pas être le fils du chef de la Triade. Pouvoir être comme les autres jeunes, s'amuser avec tout une bande d'ami, rire, sourire, mais au lieu de ça, Fei était une sorte de coffre fort ambulant. Froid à l'extérieur tout en cachant les malaises qui l’oppressaient un peu plus chaque jours. Cette solitude idiote qui le rongeait. Peu de personne l'avait déjà vu sourire. XiuMin et Jia Li, les deux seules personnes à qui il avait accorder un sourire, Jia Li l'avait vu de ses yeux alors que Xiu l'avait repéré à l'intonation de sa voix qui changeait lorsque ses lèvres s'étirait en un sourire.

Fei ne laissait pas tout le monde voir qui il était. En temps que fils d'un idiot, il ne devait montrer aucune faiblesse, ne pas se faire marcher sur les pieds, se faire respecter par les autres... Fei n'avait même jamais pleuré en face de quelqu'un, ne s'était jamais dévoilé. Sauf à Xiumin, lui avait été le seul à connaître Fei intérieurement, le jeune homme avait l’impression d'exister en la présence du musicien, même sans le voir, il se sentait plus vivant que jamais. Mais depuis son départ, il l'avait hais, hais qu'il ne le laisse tout seul, qu'il ne l'abandonne après s'être servis de lui. Xiumin était entré en lui, avait lu en lui, alors qu'il n'était probablement pas sincère avec lui. Fei s'était senti trahis, blessé. Pourtant, malgré la rancune qu'il ressentait dû à son absence, il n'avait jamais oublié son ami, ni les sentiments qui l'habitaient depuis ses seize ans.  

D'un mouvement de la tête, Fei chassait de son esprit toutes ces choses qui le heurtaient. Le bus s'arrêtait devant l'endroit où tout les étudiants rejetés se trouvaient réfugiés. Il en faisait parti à présent. Se levant en compagnie de tout les passagers, Fei descendait de l'habitacle, s’arrêtant net sur le trottoir alors que Jia Li venait dans sa direction, pourquoi était-elle toujours collé à ses basques... Il haïssait la mère de la jeune femme et il n'avait, pour elle, qu'une affection... comme un grand frère... Pourtant, Jia Li n'était pas de cet avis, il savait les sentiments qu'elle avait pour lui.. Plus d'une fois, il lui avait dis qu'il ne ressentait que de l'affection pour elle mais sans succès... de plus, il n'était jamais vraiment dans un état normal, il finissait toujours par céder aux caprices de la jeune femme, succombant aussi à son corps.

- Qu'est ce que tu fichais ? On est déjà en retard ! Le bus à eu du retard ? Tu as croisé quelqu'un en chemin ?!

- Oh ! Calme toi là, j'ai rien fait, j'étais dans le bus et j'ai juste raté le premier. Alors hein, me tape pas encore une crise de jalousie ou la prochaine fois, je vais vraiment voir quelqu'un d'autre hein alors crotte.

Montrant son doigt pour la faire taire, Fei reprenait sa route dans la cours de l'école, essayant d'avancer le plus vite possible pour enfin réussir à semer Jia Li. Se fondant dans la masse d'élève, Fei était à la limite de courir. Pour pouvoir se perdre aux yeux de sa ''fiancée'', Fei franchissait la porte d'une des grandes salles entraînant un aboiement de chien alors qu'il fermait la porte.
Qu'est ce que fichais un chien ici ? Ah peut-être les chiens d'aveugles. Fei en avait vu beaucoup dans l'enceinte du bâtiment.
Le chien dont il avait entendu la voix l'avait rejoins. Il était vraiment magnifique, agenouillé devant lui, il n'avait pas levé les yeux vers son propriétaire, caressant lentement le poil du chien.
Mais... Fei venait froncer les sourcils, tripotant le collier qui entourait son cou, un petit médaillon doré pendouillait. Le nom inscrit dessus fit monter son rythme cardiaque. ''Inuki'', Fei connaissait très bien ce prénom, c'était celui du chien de Xiumin. Mais ça ne pouvait pas être ce chien-ci, non impossible, Xiu était censé se trouver en Italie à présent.  

Le jeune homme relevait la tête vers le violoniste, il se trouvait de dos, la mélodie qui sortait du violon était plus que triste mais assez familière aux oreilles du plus âgé.
Se redressant doucement, Fei contournait le protagoniste de la douce musique, face à lui, il fronçait les sourcils. Pourquoi avait-il une impression... des papillons avaient commencé à bourgeonner dans son estomac. Non...ça ne pouvait pas être ça...
Les doigts de Fei se redressait, tripotant le médaillon qui, depuis le départ de son propriétaire légitime, n'avait pas cessé une seconde d'être autour de son cou.
Mais..pouvait-il se tromper ? Depuis combien de temps n'avait-il pas vu Xiumin ? Quelques années...tout deux avait dû beaucoup changer... Pour Fei, il était devenu plus grand...sa voix avait considérablement changé, passer l'adolescence et la mutation de sa voix, celle-ci était devenu grave, beaucoup plus virile qu'au départ.

Tout le temps de la musique, Fei n'avait cessé de fixer le visage du musicien, il en était sûr à présent. C'était lui, Xiumin, la personne qui l'avait quitté sans donner la moindre nouvelle de lui, sans lui avoir dit ''au revoir'', Lui. Ici ?
La colère enterré par Fei se réveillait lentement, comment réagir face à lui ? Qu'allait-il advenir si Jia Li découvrait aussi sa présence ici ?
Peu de temps après la fin de son monologue musical, la voix du musicien se fit entendre. Appelant son chien qui couru vers lui, quittant les jambes de Fei pour la main réconfortante de son maitre.
Que pouvait faire Fei pour manifester sa présence ? Il n'en avait aucune idée...

- Xiumin ?

Très peu sûr de lui, Fei avait parlé dans sa langue maternelle, à savoir le chinois, dans le cas où il se tromperait, peut-être le musicien lui répondrait dans la langue coréenne. Qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Requiem for our homecoming [Fei] Mer 20 Nov - 14:32

Fei & Xiu Min
❥'' Je pensais que tu étais une rencontre banale, mais tu m'es vite devenu vital''

Ce n’était pas un air joyeux, il aurait pu le faire mais, quand les périodes de fêtes de noël approchaient, il jouait souvent cet air qu’il trouvait beau mais, qui portait préjudice en cette période de l’année. Ce n’était en rien une chanson gaie au contraire. Pourtant, il se faisait toujours emporté par chaque mélodie qu’il jouait qu’importe leur genre. La musique était sa meilleure amie après Inuki. C’était aussi le reflet de son âme, il donnait toujours une partie de lui-même quand il jouait parce la musique était l’une des plus belles inventions qu’il lui avait été donné de connaitre. Malheureusement pour lui, il arriva à la fin de son morceau. Une dernière note retentit dans la pièce et, les traits de son visage s’étaient un peu refermé. S’il avait semblé calme voir mélancolique tout le long là, il se retrouvait de nouveau seul. La salle était vide du moins, c’est ce qu’il pensait toujours et, il détestait cette sensation qui l’avait trop de fois accompagné. Il appela Inuki ne le sentant pas près de lui et s’agenouilla à sa hauteur quand il sentit son meilleur compagnon renifler doucement ses mains et passer un coup de langue qui le chatouilla un peu. Ses lèvres s’étirèrent pour former un sourire sur son visage. Enfoncer ses mains dans sa fourrure, lui permettait d’être rassuré. De savoir qu’il n’était pas tout seul. Qu’il y avait encore quelqu’un sur qui il pouvait compter. Ce chien qui était ses yeux, il était incapable de s’en passer, c’était devenu sa famille, la seule chose qu’il lui restait pour s’attacher. Son père adoptif étant repartit en Chine pour d’autres missions. Parfois, il se demandait bien comment il faisait pour avoir gardé l’envie durant toutes ces années de servir le clan Wang…. Le clan Wang… Son cœur se serre à cette pensée quand « son » visage apparu dans son esprit. Visage qu’il chassa. Il ne devait pas y penser. Cependant, quand une voix retentit à ses oreilles.. Son sourire se figea et ses mouvements se stoppèrent net… Cet accent… Ce n’était pas un coréen… Ici, ses connaissances se limitaient qu’à une personne vraiment et, il reconnaissait les voix. Celle-ci lui rappelait « sa » voix… Non… C’était impossible, il ne pouvait pas être ici… C’était son imagination qui lui jouait des tours n’est-ce pas ? La voix était différente mais, combien de personnes usaient de son prénom avec hésitation et dans un fort accent qui lui rappelait la Chine ? C’était une voix masculine et, la seule personne qu’il connaissait provenant de Chine c’était…. Xiu Min rangea son violon dans son étuis tout en essayant de sonder la pièce alors que c’était inutile puisque tout était noir. Qu’il ne voyait rien…. Son cœur, s’était mis à s’affoler sans qu’il n’en comprenne la raison…. Ce devait être un rêve. Il agita la tête de tous les côtés et tenta quand même de calmer son affolement cardiaque. Une fois le violon rangé après s’y être repris à trois fois à cause de ce que cette voix avait provoqué chez lui, il s’aventura à parler.
« Qui…. Qui est là ? Où êtes vous ? »

Il s’était aventuré en mandarin, langue qu’il n’avait plus pratiqué depuis quelques années. Il continuer de poser son regard un peu partout comme s’il était capable de remarquer cette présence. Il était anxieux. Cela ne pouvait être la personne à qui il avait pensé fort ces dernières années mais, s’il s’agissait bien de lui… Comment devait-il réagir ? Cependant, il se rappela des conversations qu’il avait eu avec sa sorcière de belle-mère. Cette femme était prête à tout pour que sa fille se marie avec Fei… Il ne comprenait pas la raison d’avoir été écarté ainsi de la vie du jeune Wang parce que de toute façon, il n’était pas amoureux de Fei du moins, c’est ce dont il essayait de se convaincre en vérité. Alors pourquoi est-ce qu’ils l’avaient tous vu comme un potentiel rempart pour qu’il ait une relation avec Jia Li ? Elle était magnifique, intelligente, aucunement impotente mais, parfois il se demandait s’ils avaient été effrayé que par sa faute, le jeune héritier ne reprenne jamais le flambeau. Si c’était ce qu’il voulait, pourquoi l’obliger ? Il avait espéré qu’en partant le jeune homme soit bien pris en charge. Cependant, en réalité, il se doutait que cela n’avait pas dû être comme ça… Pourtant…. Pourquoi pensait-il que la personne qui l’avait appelé de toute façon était « lui » ? Il devait partir… Il ne pouvait pas rester dans cette pièce, il ne fallait pas qu’ils se voient et ne recevant aucune réponse, c’était l’occasion pour lui de tenter de s’échapper. C’était trop rapide, il n’était pas préparer à le revoir. Il n’en avait pas le droit, il ne désirait pas non plus avoir d’ennuis avec son clan ou bien en apporter à son père adoptif ? De quoi ils étaient capables ? Il ne doutait pas qu’ils étaient aptes à éliminer quelconques menaces et puis…. Dire qu’il essayait de l’oublier pour moins souffrir… Non, il fallait qu’il parte Xiu Min ne devait pas rester plus longtemps en ces lieux.

« Vous ne répondez pas ? Je vais quitter la salle. Inuki emmène-moi dehors jusqu’à la porte. »

Il pouvait sentir un regard posé sur lui et, cela le rendait mal à l’aise. Il bougea la laisse afin que son chien le conduise jusqu’à la sortie prudemment. Il s’inclina pour saluer poliment la personne qui venait de l’appeler et s’approcha de la porte. Il sentait qu’il y avait bien une personne dans la salle comme l’atmosphère lourde qu’il ressentait. C’était trop étrange et presque écrasant. Son instinct lui dictait de presser le pas pour pouvoir être libre et il était presque arrivé près de la porte mais, il sentit son bras rencontrer doucement le bras de l’autre personne. Il s’en voulu immédiatement, qu’il arrêta Inuki pour essayer de se retourner s’apprêta même à s’excuser mais, ça, c’était sans compter…
©flawless

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
MessageSujet: Re: Requiem for our homecoming [Fei] Mer 20 Nov - 20:07




Requiem for our homecoming


Fei avait juré avoir vu le musicien se stopper dans son élan. Avait-il reconnu sa voix ? Non bien sûr... sa voix avait tellement changer. Passé de l'adolescence à l'âge adulte avait changé sa voix, son physique mais pas son malaise. Il était devenu plus grand, plus viril, plus imposant. Sa présence était tout de suite repéré, son apparence froide n'attirait pas la sympathie.. De plus, Jia Li en position de garde du corps n'aidait pas non plus. Pourtant, aucune réponse ne sortait des lèvres du jeune homme face à lui, après quelques minutes sans faire le moindre mouvement, celui-ci bougeait enfin, rangeant alors son violon dans l'étui qui lui était destiné.

« Qui…. Qui est là ? Où êtes vous ? »

Fei n'avait pas osé répondre, il restait figé, immobile, fixant son interlocuteur. Que pouvait-il bien dire à présent ? "Hey, comment tu vas depuis le temps ?" Non, il n'en avait aucune envie. D'autres questions se bousculaient dans sa tête... "Pourquoi es-tu parti comme ça ?", "Pourquoi n'as tu pas appelé pour me donner de tes nouvelles ?"...
Mais il ne pouvait pas faire ça, ce n'était pas une chose dont il était capable pour le moment, il se sentait.. encore trahis, triste et à la limite du malheureux.
Les yeux de Fei, qui eux pouvait voir, regardait chaque détails de son ancien ami, détaillant son fin visage, ses yeux voilés, sa bouche, l'os de sa mâchoire. Il avait tellement changé. Il avait grandit, maigrit. Il s'était clairement embelli mais sa personnalité avait-elle aussi changé de même que son physique ? Fei espérait que non, mais.. à vrai dire, il était tombé amoureux de lui, de son sourire, de tout chez lui, même s'il regrettait amèrement de ressentir tout ça lorsque XiuMin avait quitté sa vie.

« Vous ne répondez pas ? Je vais quitter la salle. Inuki emmène-moi dehors jusqu’à la porte. »

Pourquoi les lèvres de Fei restaient celées ? Aucun mots ne semblaient vouloir sortir de sa bouche, comme si, la moindre syllabes seraient aussi tranchantes qu'une lame de rasoir. "Vous", ce mot fit sourire Fei, Xiu ne l'avait jamais vouvoyé, n'avait jamais fait preuve d'une marque de respect envers lui, du moins pas la même marque de respect qu'il avait envers son père adoptif. chose normale disons. Fei n'avait pas réagis lorsque Xiu menaçait de s'en aller, ce qu'il fit d'ailleurs, suivant son chien jusqu'à arriver près de la porte.
C'est à se moment là que Fei réagit enfin, pressent le pas, sa main avait gentiment agrippé le bras du musicien.. Il voulait le stopper mais comment vraiment dire qui il était ? La main du voyant se glissait jusqu'à la main du non-voyant. Il pouvait au moins reconnaitre une seule chose non ? Lentement, sans ne rien brusquer, il ne voulait pas non plus que Xiumin ne s'imagine quelqu'un chose... De sa main gauche, Fei retirait le médaillon hors de son t-shirt, posant par la suite la main de Xiu sur le pendentif.
Fei regardait les doigts de son ami caressait les inscriptions et divers choses que composaient le pendentif.

« Pas besoin de me vouvoyer.. »

Que pouvait-il faire de plus ? Laissant ses bras le long de son corps, Fei restait immobile, priant pour que Xiumin n'ait aucune réaction mauvaise. Allait-il s'enfuir une nouvelle fois ? Fei ne comptait pas redevenir l'adolescent que Xiu avait découvert... Maintenant, il s'était enfermé dans une forteresse de solitude, de rejet de toute personne. Les quelques choses qui l’accompagnaient n'était pas des personnes physiques. L'atmosphère était absolument horrible pour lui, il se contentait de regardait autour de lui, attendant la moindre réponse de Xiu. Lors de ses paroles, Fei avait continué de parler en mandarin, c'était leur langue natale alors pourquoi changer ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Requiem for our homecoming [Fei]

Revenir en haut Aller en bas

Requiem for our homecoming [Fei]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ABS requiem 8.0
» Tor Anlec Requiem - coaché par Uph'
» [Black Templars][2011] liste de Requiem
» Aliens VS Predator & Aliens VS Predator: Requiem.
» Phantom: Requiem for the Phantom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: les salles :: salle de musique-